Attentats du 13 novembre : les points clés de ce procès historique

Par Laurent P. · Photos par Laurent P. · Mis à jour le 10 septembre 2021 à 16h50 · Publié le 8 septembre 2021 à 15h09
Un procès historique ! Six ans après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés au Stade de France, au Bataclan et sur plusieurs terrasses de l'Est parisien, le procès de Salah Abdeslam et des 19 autres accusés s'ouvre ce mercredi 8 septembre 2021. Un procès qui doit durer neuf mois.

Ce mercredi 8 septembre 2021 s'ouvre le procès des attentats du 13 novembre 2015 à la cour d'assises spéciale de Paris. Une procès historique, hors norme même, qui se tient dans une salle d'audience spécialement conçue pour celui-ci et qui doit juger 20 accusés, dont Salah Abdeslam, le seul survivant des attentats perpétrés en 2015 pendant une nuit effroyable, au Stade de France, au Bataclan et sur plusieurs terrasses de restaurant de l'Est parisien et ayant fait 130 morts et plus de 350 blessés.

Un procès hors norme sur plusieurs points : celui-ci va durer neuf mois, sous haute sécurité, avec un verdict attendu autour du 25 mai 2022. Un procès qui aura demandé deux ans de préparation, avec au total 300 avocats pour la partie civile, ainsi que 30 avocats pour la défense, mais également 1800 parties civiles constituées dont au moins 300 devraient être entendus lors des auditions.

Les débats ont ouvert à 13h15 sous la houlette du président de la cour d'assises spécialement composée, Jean-Louis Périès, ainsi que de quatre assesseurs. Il faudra au total cinq semaines d'audition pour les victimes qui raconteront cette nuit effroyable, ainsi que les séquelles qui en ont découlées. "On espère montrer au grand public ce que signifie être victime du terrorisme", a expliqué Arthur Dénouveaux, rescapé de l'attentat du Bataclan et président de l'association Life for Paris, à nos confrères de Franceinfo.

À l'issue de ces auditions, les 14 accusés présents (les six autres étant jugés par défaut, car présumés morts) seront interrogés sur leur personnalité et leur parcours. Autre moment clé de ce procès, le témoignage de l'ancien Président de la République, François Hollande, ainsi que celui de son ancien ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et l'ancien procureur de la République de Paris, François Molins, après une brève suspension du procès à l'occasion du sixième anniversaire des attentats.

À partir de la mi-novembre, c'est au tour des enquêteurs français et belges d'être écoutés. Ces derniers devraient raconter, dans le détail, la piste des commandos projetés depuis la Syrie jusqu'en Belgique, et dans un deuxième temps, en février 2022, comment s'est opérée la logistique des attentats. Viendront au printemps les plaidoiries et réquisitoires des avocats de la partie civile. Le Parquet national antiterroriste devra également indiquer quelles peines celui-ci prévoit pour les vingt accusés. À noter que douze d'entre eux encourent la prison à perpétuité. Sera ensuite entendue la défense. Le verdict, lui, doit être délivré à la fin du mois de mai 2022.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche