Alcool : neuf magasins sur dix vendent de l'alcool à des mineurs, malgré l'interdiction

Par Cécile D. · Publié le 24 octobre 2021 à 14h30
Selon une étude menée par l’association Addictions France en Loire-Atlantique, les mineurs peuvent facilement acheter de l'alcool, puisque neuf magasins sur dix leur en vendent, contrevenant ainsi à la loi datant du 21 juillet 2009.

« La vente d'alcool est interdite aux mineurs en France et pourtant à 17 ans, 8,4% consomment régulièrement de l'alcool (au moins 10 fois par mois) », s'alarme l'association Addictions France. En cause ? Des magasins peu regardant sur l'âge des clients et une loi souvent ignorée. En effet, la loi n°2009-87 du 21 juillet 2009 interdit toute vente d'alcool aux mineurs. Pourtant, selon l'enquête d'Addictions France, publiée ce 24 octobre 2021, neufs magasins sur dix en Loire-Atlantique et dans le Finistère acceptent de vendre des boissons alcoolisées à des jeunes de moins de 18 ans.

L'association a effectué plusieurs tests en octobre 2020. Des clients mystères, âgés de 16 à 17 ans, ont été envoyés dans 384 magasins de l'Ouest de la France. Parmi ces commerces, seuls 28 ont refusé de vendre de l'alcool à ces jeunes. La carte d'identité n'était pas demandée aux clients dans plus de huit cas sur dix. Plus étonnant : lorsqu'elle était requise, les magasins vendaient tout de même de l'alcool aux mineurs, six fois sur dix. De plus, seulement 2/3 des établissements testés affichent la signalétique d'interdiction de vente d'alcool aux mineurs.

Pour Addictions France, ce non-respect de la loi peut avoir des conséquences dramatiques sur la santé du grand public. « Plus la consommation d’alcool s’installe précocement dans la vie, plus le risque de dépendance et de survenue de problèmes de santé à l’âge adulte est élevé », rappelle l'association dans son communiqué.

Mais ce qui indigne le plus les instigateurs de cette enquête, c'est la deuxième partie de l'étude. Après une première phase de test en octobre 2020, les membres de l'association ont mené une campagne de sensibilisation et de rappel à la loi dans les établissements étudiés. Malgré cette action, et après de nouveaux tests avec des clients mystères, le nombre de magasins qui contreviennent à la loi n'a pas changé. « La seconde phase de l'opération menée dans ces mêmes points de vente n'indique aucun changement dans les comportements. Les enseignes continuent illégalement à vendre de l'alcool aux mineurs », déplore Addictions France.

Certaines enseignes se justifient : « c'est toujours agaçant de devoir faire la police [...]. On a envie de rester commerçants [...], de les garder comme clients parce qu'ils achètent quand même des choses. Et pour ces trucs-là on peut les perdre comme clients et ils vont aller ailleurs, chez la concurrence », argumente un directeur de magasin cité dans cette étude. 

Addictions France compte donc sur l'Etat pour rappeler à l'ordre les magasins et éduquer le public sur les dangers de la consommation d'alcool chez les jeunes. L'association souhaite voir la mise en place d'un plan national de protection de la jeunesse vis-à-vis de l'alcool, passant par plusieurs mesures : renforcement de la signalétique dans les commerces, contrôles du respect de la loi avec des tests réguliers...

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche