Couvre-feu en Guadeloupe face à la grève générale et aux mouvements sociaux

Par Graziella L. · Publié le 20 novembre 2021 à 11h42
La Guadeloupe est en grève générale depuis cinq jours, afin de protester contre les mauvaises conditions de vie sur l'île et l'instauration du pass sanitaire. Le préfet a instauré un couvre-feu ce vendredi après des violences.

Le préfet a décidé d'instaurer un couvre-feu entre 18h et 5h du matin, en Guadeloupe, en réponse aux mouvements sociaux et à la grève générale qui bloque l'ile depuis près de six jours. Sur fond de crise sanitaire, les manifestations insistent surtout sur les mauvaises conditions de vie, le manque d'eau potable et de soins, qui s'est accentué avec l'épidémie de Covid-19. La mobilisation, également contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants, est émaillée de violences et d'émeutes.

Le gouvernement a décidé d’envoyer 200 policiers et gendarmes pour renforcer les forces de l’ordre sur place, face à la colère des habitants qui grimpe. Le préfet Alexandre Rochatte indique avoir tenu compte avec ce couvre-feu, des "incendies de biens publics, barrages sur les routes, jets de pierres sur les forces de l’ordre, tirs de mortier", interdisant la vente d’essence en jerrican jusqu'au 23 novembre. Les écoles sont actuellement fermées, les routes et les accès au CHU sont bloquées. 

Maïté M’Toumo, secrétaire générale de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe évoque "un mélange des personnes sur les barricades. Beaucoup de jeunes, en colère par rapport à la situation de la Guadeloupe. L’obligation vaccinale, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase". Une situation qui devient compliquée au CHU, puisque depuis début novembre, les soignants non-vaccinés ne sont plus autorisés à travailler, diminuant de près de 50% les effectifs en chirurgie notamment.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche