Rentrée des classes le 4 janvier 2021 : que risque-t-on à ne pas remettre ses enfants à l'école ?

Par Julie M. · Publié le 3 janvier 2021 à 17h47 · Mis à jour le 3 janvier 2021 à 20h43
Les enfants doivent retourner à l'école ce lundi 4 janvier 2021, quelques jours seulement après les fêtes de fin d'année. De nombreux parents s'inquiètent des nouveaux variant britanniques et sud-africain du coronavirus qui semblent toucher plus durement les jeunes que la version "classique" et souhaiteraient exercer une quarantaine avant la rentrée des classes. Que risquent les parents qui refusent de remettre leurs enfants à l'école le 4 janvier 2021 ?

Faut-il envoyer de nouveau ses enfants à l'école ? Tout comme 2020, le premier trimestre de l'année 2021 s'annonce bien compliqué. Alors que les français ont pu circuler relativement librement (hormis le couvre-feu) durant les vacances de Noël et célébrer les fêtes de fin d'année en famille auprès de leurs proches, les associations de parents d'élèves et épidémiologistes s'inquiètent des conséquences d'une reprise scolaire trop précoce et souhaiteraient repousser la rentrée des classes de quelques jours le temps d'observer une quarantaine.

D'autant plus que les nouveaux variants de la covid-19 découverts en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud et déjà ont tous les deux déjà pu être observés en France et que selon les premières analyses ils semblent tous deux plus contagieux et se transmettre plus facilement aux jeunes que la version classique.

Interrogé par le JDD ce dimanche 3 janvier 2021, le directeur général de la santéJérôme Salomon a indiqué que les deux variantes découvertes au Royaume-Uni et en Afrique du Sud "ne sont pas forcément plus dangereuses, mais elles sont nettement plus contagieuses. Elles toucheraient aussi davantage les jeunes (…) Il faut donc qu'on soit très attentifs au milieu scolaire et universitaire".

Le retour à l'école obligatoire dès le 4 janvier 2021 ne fait donc pas l'unanimité au sein des parents d'élèves. Certains, toujours inquiets des conséquences dans un contexte d'épidémie de coronavirus, expriment leur refus d'envoyer de nouveau leurs enfants au sein de leurs établissements scolaires. Mais à quelles sanctions s'exposent-ils ?

Pour l'heure, aucune forme de sanction n'a été évoquée concernant les parents qui refusent de remettre leurs enfants à l'école. Contactés par nos confrères de LCI, plusieurs syndicats comme le Syndicat national des lycées et collèges (SNALC) ou le Syndicat des enseignants de l'UNSA tendraient à indiquer que les parents ne risqueraient rien en allant à l'encontre d'un retour obligatoire à l'école dans un contexte de crise sanitaire. À noter que les lycées, toujours en distanciel, ne sont pas concernés par cette mesure. 

Sachez toutefois que les directeurs d’établissement ont un rôle de protection de l’enfance et se doivent donc de signaler à l’inspection de l’académie tous les cas de maltraitance ou de déscolarisation des enfants dont ils ont la charge. Généralement ils tolèrent trois demi-journées d’absence non justifiées par un certificat officiel, après quoi ils sont en devoir de prévenir leur hiérarchie de l’absence injustifliée de l’enfant.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche