Vaccin AstraZeneca : l'OMS recommande de poursuivre la vaccination "à l'heure actuelle"

Par Elodie D., Laurent P. · Publié le 17 mars 2021 à 14h59 · Mis à jour le 17 mars 2021 à 15h19
L'Organisation mondiale de la Santé s'est réuni en urgence ce mardi 16 mars à Genève et appelle les pays à poursuivre la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca, après que plusieurs pays de l'Union européenne aient suspendu la vaccination avec ce produit. En cause ? Des réactions sévères après injection chez certaines personnes. L'Agence européenne du médicament doit également se réunir jeudi 18 mars pour faire le point.

Le vaccin AstraZeneca sous l'oeil des scientifiques... Après l'Irlande, le Danemark, l'Espagne, l'Islande, les Pays-Pays, la Norvège ou encore l'Italie, l'Allemagne et la France ont annoncé suspendre la vaccination via AstraZeneca par précaution, après que la Norvège ait annoncé le décès d'une infirmière dix jours après avoir été vaccinée.

L'Organisation mondiale de la Santé a donc convoqué ses experts en réunion exceptionnelle à Genève ce mardi 16 mars, pour examiner la sureté du produit élaboré par le laboratoire suédo-britannique. Il en est sorti un appel à poursuivre les vaccinations.  « Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca », a déclaré la cheffe scientifique de l'OMS Soumya Swaminathan, avant d'expliquer que l'OMS n'a, à ce jour, « pas trouvé de rapport entre ces événements et le vaccin ».

De son côté, le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a tenu à expliquer la situation : « Plusieurs autres pays ont suspendu l'utilisation des vaccins AstraZeneca par mesure de précaution, après que des caillots sanguins ont été signalés chez des personnes ayant reçu le vaccin de deux lots produits en Europe. [...] Cela ne signifie pas nécessairement que ces événements soient liés à la vaccination. Mais c'est une pratique courante de les examiner. Et cela montre que le système de surveillance fonctionne et que des contrôles efficaces sont en place ». Il a indiqué que « le Groupe consultatif d'experts de l'OMS sur la vaccination a examiné les données et est en contact étroit avec l'Agence européenne des médicaments."

Ces suspensions contraignent l'Agence européenne du médicament à se réunir également ce jeudi 18 mars pour faire le point sur l'enquête en cours, quant à savoir s'il existe une corrélation entre ces décès et réactions sévères et le vaccin AstraZeneca.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche