Coronavirus : Emmanuel Macron réunit un nouveau Conseil de Défense ce vendredi 20 mars

Par Caroline J. · Photos par My B. · Publié le 20 mars 2020 à 09h12 · Mis à jour le 20 mars 2020 à 09h30
Alors que la France est en confinement depuis le 17 mars à midi, Emmanuel Macron préside, ce vendredi 20 mars à 11h au Ministère de l’Intérieur, un nouveau Conseil de Défense. Hier, Geneviève Chêne, directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France, expliquait que la prolongation du confinement sera "très vraisemblablement nécessaire".

Nouveau Conseil de Défense pour le Chef de l’Etat, le Premier ministre, Edouard Philippe, et les principaux ministres concernés. Prévue ce vendredi 20 mars à 11h au Ministère de l'Intérieur, cette nouvelle réunion sera l’occasion de faire le point sur la situation de crise sanitaire en France mais aussi sur les mesures de confinement et les restrictions de circulation mises en place par le gouvernement depuis le 17 mars à midi. Des mesures que les autorités jugent insuffisamment respectées.

Hier, lors d’une visite à l’Institut Pasteur, le Chef de l’Etat a regretté que certains français prenaient "à la légère" les consignes de sécurité sanitaire imposées. "Plus nous serons mobilisés, plus nous casserons vite la courbe épidémique, c'est un combat collectif", a pour sa part insisté Jérôme Salomon, directeur général de la santé (DGS).

Pour de nombreux spécialistes de la santé, ce confinement imposé aux français, pour tenter de freiner la propagation de coronavirus dans le pays, devrait «très vraisemblablement» être prolongé au-delà des 15 jours évoqués au départ. Comme l’expliquait hier sur France Info Geneviève Chêne, directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France, la prolongation du confinement sera "très vraisemblablement nécessaire", avant d’ajouter qu’il faudrait attendre «entre deux et quatre semaines» pour observer un changement de la courbe épidémique.

De son côté, l'Intersyndicale nationale des internes a appelé les autorités, via un communiqué adressé au chef de l'Etat, à "cesser les demi-mesures et les discours équivoques", réclamant un "confinement total et absolu de l'ensemble de la population". Autrement, l'Intersyndicale a prévenu, "nous devrons faire des choix".

Face à ces français qui ont bien du mal à respecter ces restrictions de circulation, certains préfets ont décidé d’agir en annonçant, le 19 mars, plusieurs mesures comme par exemple la fermeture des plages, parcs et calanques à Marseille. Dans les Yvelines, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise, l’accès aux parcs, jardins publics, forêts et promenades au bord de l'eau est désormais interdit.

On rappelle que la France compte à ce jour 372 décès (108 supplémentaires en 24 heures) et 4 761 hospitalisations sur 10 995 cas confirmés de COVID-19.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche