Déconfinement : les conseils pratiques avant d'acheter un vélo électrique en ville

Par Alexandre G. · Publié le 29 avril 2020 à 17h58 · Mis à jour le 29 avril 2020 à 18h00
Avec la sortie du confinement, nombreux sont les Parisiens à chercher une alternative aux transports en commun, comme le vélo à assistance électrique. Pour ne pas se précipiter et faire le bon choix quand on est citadin, on vous donne quelques conseils pratiques avant de passer le pas.

A l'approche du déconfinement, le vélo électrique fait un tabac. Pour bon nombre de Franciliens et de Parisiens, trouver une alternative viable et durable aux transports en commun devient essentiel. Alors que les métros, les bus et les tramways devraient revenir progressivement à un trafic régulier, ils sont toujours plus nombreux à choisir le vélo à assistance électrique comme nouveau moyen de locomotion. En plus, avec les aides de la région et de la Ville de Paris, on peut même réduire la facture ! Sans parler des pistes cyclables qui s'élargissent et fleurissent en région parisienne

Forcément, avant de se précipiter sur les plateformes d'e-commerce ou dans le premier magasin de sport dès le 11 mai, il s'agit de savoir comment faire le bon choix. A la différence d'une mobylette (ou motocyclette), le vélo à assistance électrique (VAE) demande un effort physique. Sans pour autant nous laisser tomber, pas de panique ! On peut monter les côtes les plus difficiles à toute vitesse avec, et ne pas terminer en sueur, le visage rougit par l'effort. Pratique quand on veut aller au travail avec ! 

Sauf que pour choisir son vélo électrique, il convient d'abord de savoir quelle utilisation on en a. La première étape consiste à calculer la distance quotidienne qui nous sépare de notre lieu de travail, ou du supermarché le plus proche. Cette distance va déterminer l'autonomie de la batterie de votre futur vélo. La règle est simple : prévoyez au minimum une autonomie équivalente à deux fois la distance qui sépare votre domicile du bureau. Parce qu'une batterie, ça ne se recharge pas deux fois par jour, et que ça vous permet d'oublier de la recharger sans pour autant finir à cravacher dans les derniers instants. Et petit conseil : n'hésitez pas à choisir une batterie résistante, comme Panasonic ou Bosch, qui restent les plus achetées. 

Ensuite, une fois la distance calculée et le choix d'autonomie de batterie fait, on s'intéresse aux systèmes de freinages et aux pneus. Quand on est citadin, des pneus classiques peuvent largement convenir, mais on vous conseille la robustesse des pneus VTT et les célèbres "gros boudins", qui rajoutent une touche de style. Dans tous les cas, plus vous changerez régulièrement vos pneus, plus votre vélo vous aimera et filera à toute vitesse. C'est mécanique ! 

Enfin, on s'intéresse à l'utilisation précise que l'on aura de son vélo, pour déterminer le matériaux le plus efficace. L'aluminium et le carbone, ce sont un peu l'or et l'argent des matériaux de construction des vélos. Et pour cause : vous seriez étonné de connaître les poids plumes qu'ils permettent. Le nec plus ultra en somme, mais qui entache sérieusement le budget. Sinon, plus simple, on vous conseille les cadres vélos de ville en acier, les plus utilisés et les plus fiables. Alors oui c'est lourd, mais c'est moins cher !

Aussi, on oublie pas de réfléchir à l'emplacement de son vélo : des milliers d'entre eux sont volés chaque année dans les rues de la capitale... Alors prévoyez dès maintenant un garage, une cour d'immeuble, une cave, un coin d'entrée, pour éviter de vous en servir une poignée de jours. Et maintenant, bonne route ! 

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche