Renault : la suppression de 2500 postes validée par les syndicats, plan d'économies "sur trois ans"

Par Manon C., Alexandre G. · Publié le 19 novembre 2020 à 11h50 · Mis à jour le 19 novembre 2020 à 11h51
Le président de Renault prévoit un vaste plan d'économie, avec la suppression de 4600 postes en France "sur trois ans", principalement par des départs à la retraite non remplacés. Seul le site de Choisy-le-Roi ferme définitivement ses portes. Un accord sur la suppression de 2500 poste, dont des départs volontaires, a été approuvé par les syndicats CFE-CGC et Force Ouvrière ce jeudi 19 novembre 2020.

La crise a frappé de plein fouet le secteur de l'automobile, et Renault fait partie des entreprises les plus durement touchées. En conséquence, son président Jean-Dominique Senard annonce lors d'une conférence de presse organisée ce vendredi 29 mai, que le constructeur automobile prévoit de supprimer 4600 postes en France "sur trois ans", principalement par des départs à la retraite non remplacés. 

En ce sens, les représentants du syndicat CFE-CGC de Renault -premier syndicat du groupe- préviennent ce jeudi 19 novembre avoir l'intention de signer l'accord sur la suppression de 2500 postes dans l'ingénierie et les fonctions tertiaires à l'intérieur du groupe en France. Un premier plan de suppression de postes "uniquement basé sur des départs volontaires" précise le communiqué du syndicat.

Et pour cause : sur ces 2500 postes, "1900 feront finalement l'objet d'un plan de départ volontaires, les 600 restants s'étant fait par départs naturels cette année" précise Force Ouvrière, 4e syndicat du groupe. D'ailleurs, le syndicat FO avait déjà signé le même accord lundi dernier. Avec la signature de CFE-CGC, l'accord devrait faire consensus chez la CFDT (2e) et la CGT (3e) - dont la réponse est attendue dans la journée-, puisque CFE-CGC et FO représentent plus de 50% de la représentativité syndicale au sein du groupe en France. Les deux partenaires sociaux majoritaires se félicitent d'éviter "aux salariés des licenciements via un plan de sauvegarde de l'emploi que la situation de Renault aurait pu justifier". 

En effet, Renault présente un plan d'économies de deux milliards d'euros qui vient confirmer les informations dévoilées par Le Figaro. La firme, qui emploie 48 000 personnes en France, se sépare ainsi de presque 10% de sa main d'oeuvre française. Le PDG de la firme précise également qu'il n'y aura la fermeture que "d'un seul site, celui de Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne"; affirmant qu'ils cherchaient là à faire des "des réductions de frais de structures". Ce qui, à ses yeux, n'est pas un "plan de fermeture des sites" mais plutôt un "plan d'économie global et cohérent". 

Aussi, Le Figaro révèle que "Renault a donné des gages sur le maintien en France d'activités à valeur ajoutée comme l'assemblage, à Cléon, d'un nouveau moteur électrique destiné aux trois partenaires de l'Alliance (Renault, Nissan, Mitsubishi), mais aussi le rapatriement à Douai de l'assemblage de véhicules qui avait lieu hors de France.". Hors de France, c'est au moins 10 000 emplois qui seront supprimés. 

Dans son plan de relance de 8 milliards d'euros du secteur de l'automobile, dévoilé le 26 mai dernier, Emmanuel Macron a abordé de nombreux points pour sauver le secteur français, comme celui de "relocaliser la production en France", de "transformer" et de "moderniser" l'ensemble de la filière, dans le but de préparer le virage électrique et d'inventer "la voiture du futur". 

Concernant Renault, le chef de l'Etat a demandé à ce que "l'ensemble des salariés des sites de Maubeuge et de Douai puissent avoir toutes les garanties sur leur avenir" au sein du groupe, et annoncé des négociations avec la direction, les syndicats et les élus locaux, dès lundi prochain. 

Interrogé sur BFMTV, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire considère, pour sa part, que "refuser la transformation maintenant, c'est courir le risque de la disparition de Renault demain. Les fermetures de sites, ça ne peut être que la toute dernière extrémité." 

Informations pratiques

Lieu

Paris
75 Paris

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche