Port du masque en entreprise : des dérogations possibles selon la vulnérabilité du département

Par Alexandre G. · Publié le 31 août 2020 à 18h02 · Mis à jour le 9 septembre 2020 à 14h40
Partout en France, à partir du 1er septembre, le port permanent du masque devient obligatoire dans toutes les entreprises. Une version provisoire du protocole sanitaire prévu par l'exécutif précise que des dérogations seront possibles dans certains cas. Les établissements avec "une très bonne ventilation" peuvent profiter de nombreux assouplissements.

Comment concilier port du masque et travail ? Tel est le casse-tête auquel le gouvernement tente de trouver une solution depuis plusieurs semaines. Après l'annonce du port du masque obligatoire en entreprise partout en France dès le 1er septembre, l'exécutif prévient que la "couleur épidémiologique" du département où se situe l'entreprise reste déterminante pour obtenir des dérogations au protocole sanitaire

D'ailleurs, ce lundi 31 août, veille de la date d'entrée en vigueur de la mesure, le gouvernement a transmis aux partenaires sociaux une version provisoire du protocole sanitaire concernant les mesures sanitaires dans l'entrprise, conçu par les autorités compétentes en accord avec les recommandations du Conseil scientifique. Pour faire simple, on vous explique en quoi les différentes zones qui déterminent le taux de circulation du virus Covid-19 peut changer la donne pour la généralisation du port du masque en entreprise

Dans les départements en zone rouge, "la faculté de déroger au port permanent du masque ne sera possible que dans les locaux bénéficiant d'une ventilation mécanique et garantissant aux personnes un espace de 4m2 (par exemple, moins de 25 personnes pour un espace de 100m2)" souligne l'ébauche de protocole, pas encore validé par les représentants des syndicats. En zone orange, les assouplissements seront réservés "aux locaux de grand volume et disposant d'une extraction d'air haute". 

Dans les zones vertes, où la circulation du virus est considérée comme faible par les autorités sanitaires, il faut que la société s'équipe ou possède déjà une "ventilation/ aération fonctionnelle et bénéficiant d'une maintenance", d'"écrans de protection entre les postes de travail", ou encore de la "mise à disposition des salariés de visières", et enfin la "mise en oeuvre d'une politique de prévention avec notamment la définition d'un référent Covid-19 et une procédure de gestion rapide des cas de personnes symptomatiques". Et oui, comme souvent depuis le début de l'épidémie, a priori ça paraît simple, mais c'est évidemment plus compliqué que ça en a l'air.

Aussi, la dernière version du protocole sanitaire prévoit que les salariés seuls dans un bureau ne soient pas obligés de porter en permanence leur masque sur leur lieu de travail. D'ailleurs, l'exécutif précise d'utiliser des "masques grand public, de préférence réutilisables, couvrant à la fois le nez, la bouche et le menton". Pour ce qui concerne les travailleurs en extérieur, le port du masque devient "nécessaire en cas de regroupement ou d'incapacité de respecter la distance d'un mètre". Même refrain à l'intérieur des véhicules, pour lesquels une procédure de nettoyage ou de désinfection devient aussi obligatoire. 

Enfin, concernant le télétravail, il est désormais juste "recommandé" par le protocole, alors même qu'il restait une "solution à privilégier" dans la précédente version du texte. Aussi, il apparaît maintenant comme "à privilégier" pour les entreprises surtout pour "les travailleurs à risques de formes graves de Covid-19". Pour l'instant, on espère que ces mesures vont petit à petit s'atténuer, en même temps que l'épidémie de Covid-19.

Informations pratiques

Dates et Horaires
À partir du 1 septembre 2020

×
    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche