Crack à Paris : feu vert de Matignon pour l'aménagement de nouvelles salles de consommation à Paris

Par Alexandre G. · Publié le 15 septembre 2021 à 16h01
La maire de Paris avait demandé fin août à l'État son soutien dans la mise en place de nouveaux sites d'accueil pour les toxicomanes dans la capitale. Ce mercredi 15 septembre, les services de Matignon accèdent à la requête formulée par l'Hôtel de Ville. Cependant, Jean Castex émet une réserve sur l'installation d'une salle de consommation à moindres risques dans le 20e arrondissement, à proximité d'une école.

La mairie de Paris va recevoir le soutien de l'État dans la création de salles de consommation pour les toxicomanes. Face à l'ampleur du trafic de crack dans la capitale, Anne Hidalgo, maire PS de Paris, avait demandé au gouvernement son appui dans l'aménagement de nouveaux lieux dédiés aux consommateurs, toujours plus nombreux à Paris

Feu vert accordé ce mercredi 15 septembre 2021 par Matignon. Dans un courrier que l'AFP a pu consulté, le Premier ministre Jean Castex explique que ces nouveaux lieux "dédiés à l'accueil et au repos" seront appuyés "par les services de l'État". Seulement sous réserve que l'offre et la localisation de ces salles soient adaptées. Surtout, le Premier ministre veut "offrir aux consommateurs des lieux de repos et un parcours de sevrage de qualité". Dans le même temps, il appelle à poursuivre le déploiement de "l'offre de soins" dans le cadre du plan crack, signé en 2019 par l'État et la Ville de Paris.

En revanche, les services de Matignon prennent soin de ne jamais évoquer la création de nouvelles salles de consommation à moindres risques (SCMR), plus communément appelées "salles de shoot". Ce qui n'empêche pas le Premier ministre de préciser dans son courrier que les quatre aménagements proposés par l'équipe municipale fin août ont "vocation à s'inscrire dans le cadre expérimental offert par la loi du 24 janvier 2016, que le gouvernement prendra l'initiative de proroger" par l'intermédiaire du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, dont la présentation en Conseil des ministres est prévue le 6 octobre prochain. 

C'est précisément cette loi de 2016 qui permet l'expérimentation des "salles de shoot" jusqu'en 2022. À Paris, la SCMR gérée par l'association Gaïa se situe 14 rue Ambroise Paré, dans le 10e arrondissement. Le cabinet du Premier ministre a justement jugé "positif" le bilan de cette structure, en opposition au sentiment partagé par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui défend à ce sujet une ligne dure. 

Dans le même temps, Jean Castex alerte la mairie de Paris sur l'installation d'une de ces quatre salles, prévue dans le 20e arrondissement. "J'appelle d'ores et déjà votre attention sur la difficulté évidente que représenterait la création d'un tel équipement sur un site mitoyen d'une école élémentaire", explique Matignon. En effet, les riverains ont souligné que l'emplacement choisi par la mairie de Paris se trouve à quelques mètres d'une école. Une réunion doit se tenir ce mercredi soir entre Eric Pliez, maire du 20e, et les associations de riverains mobilisées. 

Présidentielle 2022 : pas de primaire à gauche pour Anne HidalgoPrésidentielle 2022 : pas de primaire à gauche pour Anne HidalgoPrésidentielle 2022 : pas de primaire à gauche pour Anne HidalgoPrésidentielle 2022 : pas de primaire à gauche pour Anne Hidalgo Crack à Paris : Anne Hidalgo propose d'ouvrir des sites de prise en charge des toxicomanes
Face à la situation explosive entre les consommateurs de crack et les riverains dans le 19e arrondissement, Anne Hidalgo propose d'ouvrir plusieurs sites dédiés à la prise en charge des consommateurs. [Lire la suite]

Crack à Paris : la municipalité ou l'État, à qui la faute ? Crack à Paris : la municipalité ou l'État, à qui la faute ? Crack à Paris : la municipalité ou l'État, à qui la faute ? Crack à Paris : la municipalité ou l'État, à qui la faute ? Crack à Paris : la Mairie ou l'État, à qui la faute ?
Tandis que la situation se complique de jour en jour dans le nord-est parisien en raison des consommateurs de crack toujours plus nombreux, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le Premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire se dédouanent systématiquement de leurs responsabilités. Compétence municipale, prédisposition de l'État en la matière : les deux partis se renvoient la patate chaude. [Lire la suite]

Crack à Paris : deux nouvelles salles de shoot dans le 10e ? Les riverains se mobilisentCrack à Paris : deux nouvelles salles de shoot dans le 10e ? Les riverains se mobilisentCrack à Paris : deux nouvelles salles de shoot dans le 10e ? Les riverains se mobilisentCrack à Paris : deux nouvelles salles de shoot dans le 10e ? Les riverains se mobilisent Crack à Paris : deux nouvelles salles de shoot dans le 10e ? Les riverains se mobilisent
Dans le but d'endiguer la concentration des consommateurs et du trafic de crack aux abords des jardins d'Éole, la mairie de Paris aurait l'intention d'ouvrir deux nouvelles salles de consommation dans le 10e arrondissement de Paris. Alors que la municipalité réfute ces projets, les riverains des Grands Boulevards s'organisent déjà contre cette éventualité. [Lire la suite]

Informations pratiques

Lieu

Paris
75 Paris

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche