Crack à Paris : manifestation des collectifs d'habitants prévue à Stalingrad ce samedi

Par Alexandre G. · Publié le 30 septembre 2021 à 18h30
Pour protester contre la dégradation des nuisances liées à la consommation de crack dans Paris, de nombreux collectifs et associations d'habitants et de commerçants mobilisés prévoient de manifester ce samedi 2 octobre 2021 à partir de 14h place Stalingrad, dans le 19e arrondissement de la capitale. Les riverains dénoncent l'absence de prise en charge des toxicomanes, l'aménagement de nouvelles salles de consommation et réclament le "retour à la tranquilité publique dans toutes les zones touchées par la consommation et le trafic de drogues à Paris et en proche banlieue".

"Non au crack" à Paris ! À l'appel du Collectif 19 et de nombreuses autres associations de riverains mobilisés contre les nuisances liées aux consommateurs de crack dans la capitale, une manifestation et "fédération" citoyenne est prévue ce samedi 2 octobre 2021 à partir de 14h, place de la Bataille de Stalingrad, dans le 19e arrondissement de Paris

Dans un communiqué publié le 28 septembre 2021, les collectifs d'habitants et de commerçants exaspérés par la "crise du crack" à Paris expliquent leurs motivations. "Afin de protester contre les nuisances liées au crack et à d'autres drogues dures qui gangrènent le Nord-Est de Paris ainsi qu'un partie de son Centre et la banlieue proche, générant insécurité violence, insalubrité, manque de tranquilité", les collectifs et associations de riverains concernés "manifestent ensemble à Stalingrad", ancien épicentre du trafic et des consommateurs de crack, aujourd'hui surveillé en permanence par les forces de l'ordre. Ainsi, les collectifs du "Centre" et des 10e, 18e, 19e et 20e arrondissements sont appelés à rejoindre le mouvement. 

Quelles sont les revendications des Parisiens excédés par la "crise du crack" ? D'abord, "l'abandon des projets de salles de consommation en zone d'habitation et de commerce", et la fermeture de la salle de shoot datant de 2016 située rue Ambroise-Paré dans le 10e. En effet, la mairie de Paris a proposé à l'État l'aménagement de nouvelles salles de "consommation à moindres risques", dans les 10e et 20e arrondissements. Les riverains, qui avaient déjà manifesté pour s'opposer au plan, dénoncent des projets "sans bénéfice pérenne pour les personnes toxicomanes puisqu'elles se contenteront d'assurer un accompagnement de l'addiction". Dans le même temps, les collectifs réclament une "prise en charge sanitaire digne et des soins appropriés pour les toxicomanes, à l'écart des lieux habités". 

D'ailleurs, les associations et collectifs "fédérés" appellent la préfecture de police de Paris et la Ville de Paris à agir "conjointement" pour un "retour à la tranquilité publique dans toutes les zones touchées par la consommation et le trafic de drogues à Paris et en proche banlieue, par des moyens appropriés". Une pétition lancée en juillet 2021 a déjà recueillie 5700 signatures en ligne et 1500 signatures sur papier. Les collectifs prévoient de la présenter au président de la République. 

À Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicosÀ Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicos À Stalingrad, l'ampleur du trafic de crack étouffe habitants et toxicos
Pendant deux nuits consécutives, samedi 1er et dimanche 2 mai 2021, des tirs de mortier d'artifice ont explosé aux alentours de la place de la bataille de Stalingrad et de l'avenue de Flandre, dans le 19e. Les riverains en sont aujourd'hui réduits à ce type d'action ”coup de poing” pour tenter de se faire entendre par les autorités compétentes. La présence quasi permanente des vendeurs et consommateurs de crack, venus toujours plus nombreux des quatre coins de l'Europe dans le ”triangle d'or”' du nord-est de la capitale, se répercute implacablement sur le quotidien invivable des habitants du quartier Riquet Stalingrad. Témoignages. [Lire la suite]

Crack à Paris : les habitants de Pantin et Aubervilliers se mobilisent contre le "mur de la honte"Crack à Paris : les habitants de Pantin et Aubervilliers se mobilisent contre le "mur de la honte"Crack à Paris : les habitants de Pantin et Aubervilliers se mobilisent contre le "mur de la honte"Crack à Paris : les habitants de Pantin et Aubervilliers se mobilisent contre le "mur de la honte" Crack à Paris : les habitants de Pantin et Aubervilliers se mobilisent contre le ”mur de la honte”
Des centaines d'habitants de Pantin et d'Aubervilliers se sont rassemblés mercredi 29 septembre 2021 pour protester contre le mur censé bloquer l'accès au square de la porte de la Villette pour les toxicomanes. Les riverains réclament un soutien complet de la part de l'État pour les consommateurs de crack. [Lire la suite]

Crack à Paris : le mur construit pour bloquer les toxicomanes défendu par les préfetsCrack à Paris : le mur construit pour bloquer les toxicomanes défendu par les préfetsCrack à Paris : le mur construit pour bloquer les toxicomanes défendu par les préfetsCrack à Paris : le mur construit pour bloquer les toxicomanes défendu par les préfets Crack à Paris : le mur construit pour bloquer les toxicomanes défendu par les préfets
Après leur évacuation massive des Jardins d'Eole, les toxicomanes ont été déplacés aux abords de la porte de la Villette, à la frontière avec Aubervilliers et Pantin. La préfecture de police a annoncé ériger un mur pour les empêcher de passer par le tunnel de Forceval, vers la Seine-Saint-Denis. Les préfets de police de Paris et d'Île-de-France ont publié un communiqué pour justifier la ”solution temporaire” choisie et détailler les prochaines étapes. [Lire la suite]

Informations pratiques

Dates et Horaires
Le 2 octobre 2021
À 14h

×
    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche