Confinement : les scénarios et mesures envisagés par l'Elysée

Par Laurent P., My B., Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 28 janvier 2021 à 09h35 · Mis à jour le 29 janvier 2021 à 10h23
Un nouveau confinement dès la fin du mois de janvier ? C'est en tout cas ce que semble envisager le gouvernement, qui prépare les Français depuis des semaines à cette éventualité aux vues du rebond épidémique. Quelle forme prendrait-il ? Plusieurs scénarios seraient dans les cartons... On fait le point !

Olivier Véran l'évoquait déjà fin décembre, lors de la première journée de vaccination... À l'heure où les taux d'incidence grimpent en flèche sur tout le territoire, un troisième confinement est bel et bien envisagé par le gouvernement pour freiner la propagation de l'épidémie, mais surtout du variant britannique, désormais présent partout dans le pays et bien plus contagieux que les autres souches du virus. "L'hypothèse du confinement est de plus en plus probable" a par ailleurs annoncé une source gouvernementale à nos confrères de l'AFP, ce samedi 23 janvier.

"Si on voit dans les jours à venir des effets positifs du couvre-feu à 18h, on se dira peut-être qu'on a encore une ou deux semaines de marge de manoeuvre. Mais ça nous semble peu probable que cela soit suffisant", explique également cette source. Selon nos confrères de BFMTV, plusieurs scénarios seraient envisagés quant à ce nouveau confinement.

Le premier indique que ce confinement pourrait arriver dans deux semaines, à la condition que le couvre-feu en place dans tout le pays depuis mi-janvier ait eu des résultats bénéfiques. Il s'agit du scénario le plus optimiste du gouvernement. Le second prévoit un reconfinement similaire à celui de novembre, dès la fin de la semaine prochaine, avec les écoles ouvertes, si le couvre-feu ne donne pas les résultats escomptés quant à la progression de l'épidémie en France. Le dernier scénario, lui, correspondrait à un confinement total, comme celui de mars 2020, avec la fermeture des écoles. Un scénario envisagé seulement en dernier recours.

D'autres options sont également sur la table : selon nos confrères de Francetvinfo, l'exécutif envisagerait également de confiner uniquement le week-end avec un couvre-feu la semaine, mais également rallonger les vacances de février d'une semaine, rendre obligatoire le télétravail pour ceux qui le peuvent ou encore de confiner uniquement les personnes à risque. Ce mercredi 27 janvier, Gabriel Attal a ajouté à cette liste un "confinement très serré" après indiqué, à l'issue d'un Conseil des ministres, que le couvre-feu à 18h avait eu un impact relatif, mais insuffisant, sur la baisse du nombre de cas.

Et concernant d'autres mesures qui pourraient être prises ?

  • Reconfiner localement ? L'épidémiologiste Mircea Sofonea plaidait fin décembre pour un reconfinement localisé aux zones les plus touchées, un reconfinement national pouvant "être mal accepté et donc mal respecté" déclarait-elle au Monde. 
  • Un nouveau protocole sanitaire dans les magasins ? Selon nos confrères de L'Express, un nouveau protocole est à l'étude depuis quelques jours pour les commerces dits "non-essentiels", comprenant un durcissement des règles actuellement en vigueur (jauge d'accueil d'un client pour 10m2, possible fermeture des rayons de produits "non-essentiels", etc.), en particulier dans les grandes surfaces dans le but de "faire face à toute éventualité", comme l'explique le président de Système U, Dominique Schelcher, à nos confrères de Franceinfo.
  • De nouvelles mesures pour les déplacements internationaux ? Une idée qui fait son chemin, selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, qui évoque également les pistes envisagées. Parmi celles-ci, des "sanctions contre des compagnies aériennes qui opéreraient avec des pays extérieurs à l'Union européenne et qui ne respecteraient pas les règles qui ont été fixées", entre autres.
  • Prolonger le couvre-feu et le télétravail ? Le couvre-feu de 18 heures à 6 heures, actuellement en cours, pourrait-il être prolongé au-delà de cette date, comme l'avait indiqué l'exécutif ? "Le 20 janvier, si la période des fêtes ne s'est pas traduite par un rebond de l'épidémie, alors nous pourrons envisager de lever le couvre-feu et d'autoriser la reprise des restaurants", avait prévenu le Premier ministre, le 26 novembre. Au 20 janvier, le nombre de contaminations par jour est bien supérieur aux prévisions du gouvernement, mais la prolongation du couvre-feu n'est peut-être pas à exclure.
  • Retarder l'ouverture des restaurants, bars et lieux culturels ? Jean Castex l'avait précisé sur Europe 1 fin décembre, l'ouverture des bars et restaurants le 20 janvier n'était pas certaine comme celui des lieux culturels. Deux secteurs qui ont donc vu repousser leur réouverture aux calendes grecques, sans avoir de visibilité quant à leur avenir. La date du 6 avril semble avoir été évoquée par certains restaurateurs, mais celle-ci a vite été démentie par le gouvernement.

Un reconfinement qui est, quoiqu'il en soit, demandé et sera respecté par de nombreux Français... Selon un sondage Elabe réalisé pour BFMTV, dévoilé mercredi 27 janvier, 93% des Français ont indiqué qu'ils respecteraient ce nouveau confinement, quelle que soit sa forme. De nombreux maires, comme celui de Nancy, demandaient également au gouvernement, fin décembre 2020, de reconfiner le pays, à la vue du rebond de l'épidémie de Coronavirus. 

« Chaque pays est en train de reconfiner. Il n’y a pas de solution miracle. Au vu de la situation que l’on observe dans le Grand Est, je propose de reconfiner soit de façon territoriale, comme cela a été fait à une certaine époque, ou au niveau national. (...) Il faut avoir la franchise vis-à-vis de nos concitoyens et leur dire que rien n’est possible aujourd’hui. Laissons les Français faire Noël en famille et ensuite un reconfinement à partir du 25 ou du 26 jusqu’à la rentrée, c’est-à-dire jusqu’au 3 ou 4 janvier dans un premier temps », expliquait Mathieu Klein sur France info.

Olivier Véran entend ces demandes, mais il déclare que rien n'est décidé pour le moment. Le ministre de la Santé avait assuré, lors de son passage à TF1, que « toutes les solutions sont toujours dans les tuyaux, mais elles sont fonction non pas de l’appel d’un maire ou d’un autre, même si je leur suis reconnaissant de s’intéresser à cette question, elles sont fonction de la situation sanitaire."

Alors que la campagne de vaccination est lancée dimanche 27 décembre, Olivier Véran déclarait ce même jour au Journal du DimancheNous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger des populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure . 

L’objectif des 5000 s’éloigne. Et la pression sur le système de santé reste importante, avec 1500 hospitalisations par jour, une tension qui baisse très peu en réanimation”, déclare le ministre, qui se dit prêt à prendre “les mesures nécessaires, si la situation devait s’aggraver”, poursuivait-il.

Les autorités craignaient l'arrivée d'une 3e vague après les fêtes alors que le nombre de nouveaux cas ne diminue pas et tend même à augmenter : prêt de 15.000 nouveaux cas par jour. On est loin de l'objectif de 5 000 contaminations journalières et les reconfinements d'urgence dans plusieurs pays d'Europe.

Les médecins sont naturellement inquiets. Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), est mitigé. Il expliquait au Monde : « Sur le plan strictement médical et sanitaire, il faudrait faire comme nos voisins, prendre des mesures plus strictes, comme reconfiner au 26 décembre, mais sur le plan de la santé mentale, de la capacité de cohésion de notre société, il est fondamental que Noël puisse se dérouler, que les familles puissent passer des fêtes heureuses. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche