Covid : le vaccin russe Spoutnik V ne sera pas validé avant la fin juin selon Clément Beaune

Par Laurent P. · Publié le 1 avril 2021 à 17h29 · Mis à jour le 2 avril 2021 à 09h53
Alors que les autorités russes ont déposé le 19 janvier dernier une demande de mise sur le marché du vaccin contre la Covid Spoutnik V, développé en partie par le fonds souverain russe, auprès de l'Agence européenne du médicament, voilà que Clément Beaune, secrétaire d’État français aux Affaires européennes, a donné des nouvelles concernant une autorisation prochaine. Selon ce dernier, celle-ci n'arriverait pas avant la fin-juin.

Un nouveau vaccin contre la Covid bientôt sur le marché européen ? Le fonds souverain russe a annoncé avoir déposé une demande de commercialisation du son vaccin, Spoutnik V, auprès de l'Agence européenne du médicament mardi 19 janvier 2021. Et de préciser dans un communiqué avoir s'attendre "à ce que le premier examen ait lieu en février".

Sauf que le mois de février est passé et que le vaccin n'a toujours pas été validé par l'EMA... Ce jeudi 1er avril, Clément Beaune, secrétaire d’État français aux Affaires européennes, a même précisé qu'une autorisation ne pourrait pas avoir lieu "avant la fin du mois de juin". Et de donner une explication : "Il y a une première étape d’examen (du dossier de validation) qu’on appelle revue scientifique qui sans doute, nous dit-on, s’écoulera au moins jusqu’à la mi-juin", ajoute-t-il. Il poursuit : "Et ensuite il y a une dernière étape qui est l’avis de l’Agence européenne des médicaments sur l’autorisation de mise sur le marché, qui prend encore quelques semaines. Donc ce n’est pas un vaccin qui est autorisable vraisemblablement avant la fin du mois de juin".

Le secrétaire d'État en a également profité pour étriller la Russie, pointant du doigt les capacités de production limitées du pays et la volonté du Kremlin d'utiliser son vaccin comme arme de propagande : "Il y a des actes géopolitiques ou des coups de com' qui sont utilisés par nos amis russes pour montrer à quel point ils sont présents dans l’Union européenne", explique-t-il. Il continue : "Ne soyons pas naïfs, (ils ont) une stratégie de division dans l’UE qui pour l’instant n’a pas fonctionné, tant mieux, au-delà de quelques coups de canif".

Mais la solution du vaccin russe n'est pas à écarter : "on n’exclut aucune solution, aucune piste, mais n’ayons pas d’illusion en tête sur des vaccins russe ou chinois", conclut-il.

Une demande d'autorisation qui devrait être suivie, au cours de l'examen de celle-ci, des documents et résultats attestant de l'efficacité du vaccin (celui-ci est encore en troisième phase d'essai clinique) et requis pour tout dépôt de dossier. "Sur la base de la série d'examens, l'EMA décidera de l'autorisation du vaccin Spoutnik V pour l'Union européenne", indiquent ainsi les autorités russes.

De son côté, l'EMA a annoncé à nos confrères de l'AFP que l'agence "communiquera lorsqu'une procédure d'examen continu commencera". "Nous avons démarré fin octobre le processus d'autorisation du vaccin en Europe. C'est un processus d'envergure, dont l'objectif est d'obtenir la permission d'utiliser le vaccin dans l'UE", précise quant à lui le fonds souverain russe, indiquant également que "l'enregistrement est une étape importante".

Il s'agit du quatrième vaccin à avoir déposé une demande de mise sur le marché au sein de l'Union européenne, après celui de Pfizer/BioNTech, Moderna Therapeutics et AstraZeneca.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche