La suspension du vaccin Johnson & Johnson prolongée aux États-Unis par la FDA

Par Laurent P., Alexandre G. · Publié le 15 avril 2021 à 16h12 · Mis à jour le 15 avril 2021 à 16h31
La Food & Drug Administration (FDA) a annoncé jeudi 15 avril prolonger la suspension du vaccin Johnson & Johnson, décidé deux jours plus tôt, d'encore une semaine sur le sol américain après des cas de thromboses suspects chez des personnes vaccinées. Un vaccin pourtant autorisé en urgence par le régulateur américain le 27 février dernier.

Après AstraZeneca, Johnson & Johnson... La FDA, la Food & Drug Administration, annonçait mardi 13 avril recommander une suspension de l'utilisation du vaccin élaboré par le laboratoire américain sur son propre sol après l'apparition de graves thromboses chez plusieurs personnes ayant reçu une injection. "Nous recommandons une pause", indique ainsi le régulateur américain dans un communiqué. Une enquête est actuellement en cours.

À noter que le CDC, l'agence fédérale de santé publique aux États-Unis, doit se réunir le lendemain, mercredi 14 avril, pour donner leurs conclusions sur cette enquête. Au total, plus de 6,8 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson ont déjà été administrées sur le sol américain. Une annonce qui fait également suite à celle de l'Agence européenne du médicament, indiquant mener une enquête de son côté après l'apparition de cas de caillots sanguins après injection.

Le lendemain, ce jeudi 15 avril, la FDA surenchérit : la suspension est prolongée d'au moins une semaine, les experts ayant besoin de plus de temps pour évaluer les risques liés aux thromboses observées. Un avis que l'Agence européenne du médicament a également décalé d'une semaine, en attendant les résultats du régulateur américain. En France, les vaccinations pourraient tout de même débuter la semaine prochaine, le vaccin Johnson & Johnson n'étant réservé pour le moment qu'aux personnes de plus de 55 ans, comme l'a rappelé Gabriel Attal mercredi 14 avril. Une population qui ne sera éligible qu'à partir de la semaine prochaine.

Pourtant, le vaccin Johnson & Johnson avait été autorisé, il y a plusieurs semaines, par le régulateur américain. La FDA avait annoncé le 27 février 2021 avoir accordé une autorisation en urgence au vaccin Johnson & Johnson, pour les personnes âgées de 18 ans ou plus. 

Mercredi 24 février, la FDA confirmait l'efficacité du vaccin de Johnson & Johnson sur les formes graves du virus dans un document rendu public ce même jour, seulement deux jours avant que le régulateur ne donne son autorisation de mise sur le marché ou non du produit. Une efficacité évaluée à 85,9% contre les formes graves de la maladie dans le pays, selon le document, mais également à 81,7% en Afrique du Sud et à 87,6% au Brésil. Un vaccin globalement efficace contre les formes graves du coronavirus à 85,4%, 28 jours après vaccination. Contre les formes modérées, en revanche, son efficacité reste à 66,1%, comme annoncé il y a plusieurs jours.

Jeudi 4 février, le laboratoire Johnson & Johnson annonçait avoir déposé une demande d'autorisation conditionnelle de mise sur le marché de son vaccin contre la Covid auprès de la FDA, pour une commercialisation prochaine aux États-Unis. Une demande de mise sur le marché qui avait peu de chance d'être invalidée le 26 février dernier : "Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable sans inquiétudes spécifiques de sécurité identifiées qui pourraient empêcher l’émission d’une autorisation d’utilisation en urgence", expliquait ainsi le régulateur.

Ce vaccin faciliterait également grandement la campagne vaccinale en cours aux États-Unis, celui-ci se conservant très simplement au réfrigérateur et ne nécessitant qu'une seule dose pour protéger du virus. Quoiqu'il en soit, "Nous sommes prêts à commencer les livraisons" indiquait de son côté Paul Stoffels, directeur scientifique chez Johnson & Johnson, une fois le feu vert accordé par la FDA. Une "étape déterminante", toujours selon le responsable du laboratoire, dans la lutte contre le coronavirus.

En Europe, Johnson & Johnson a annoncé ce mardi 13 avril également retarder le déploiement de son vaccin, en raison de la pause dans les injections aux Etats-Unis.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche