Covid : Sanofi met un terme aux essais cliniques sur son vaccin à ARNm

Par Laurent P. · Publié le 28 septembre 2021 à 15h17
Sanofi a annoncé ce mardi 28 septembre mettre fin à ses essais cliniques quant au vaccin à ARNm contre le Covid en développement avec la biotech américaine Translate Bio, jugeant qu'il arriverait trop tard sur le marché. Un vaccin qui était pourtant prometteur selon les résultats des premières phases de l'étude.

Mauvaise nouvelle pour Sanofi dans la lutte contre le Covid ! Le laboratoire français a annoncé ce mardi 28 septembre renoncer au développement de son vaccin à ARNm contre le coronavirus, élaboré avec la biotech américaine Translate Bio, estimant que celui-ci arriverait sur le marché "trop tard". En revanche, le laboratoire a indiqué que continuer la phase 3 de son essai clinique quant à son candidat vaccin initialement à l'étude, conjointement avec GSK, contre le Covid, en vue d'une commercialisation prochaine.

"Le besoin n’est pas de créer de nouveaux vaccins Covid-19 à ARN, mais d’équiper la France et l’Europe d’un arsenal de vaccins à ARN messager pour une prochaine pandémie, pour de nouvelles pathologies", a ainsi expliqué Thomas Triomphe, vice-président de la branche vaccins de Sanofi. Et de poursuivre en indiquant renoncer au développement de ce deuxième vaccin, car "il n’y a pas de besoin de santé publique d’avoir un autre vaccin à ARN messager".

Pourtant, dans un communiqué publié vendredi 12 mars 2021, le laboratoire annonçait lancer les essais cliniques de son second vaccin en développement sur l'être humain. Un produit produit par Sanofi et l'américain Translate Bio, qui "débutent un essai clinique 1/2 consacré à leur candidat-vaccin à ARN messager contre la Covid-19", peut-on ainsi lire dans ce communiqué.

Et avec des résultats plutôt concluants pour ses deux premières phases : une efficacité de 91 à 100% chez les 415 participants à l'essai, deux semaines après la deuxième injection, comme l'a expliqué le laboratoire, qui précisait qu'aucun effet secondaire n'avait également été constaté. Des essais en première, puis deuxième phase, dont le but était de vérifier que le vaccin ne soit pas dangereux, et de déterminer son efficacité. 

"Ce vaccin pourrait s’avérer utile plus tard, surtout si le combat contre les variants devait se poursuivre", expliquait pourtant le directeur général de Sanofi, Paul Hudson, dans un entretien au Journal du dimanche le 14 février dernier. Et de préciser que "cette technologie, développée avec la biotech Translate Bio avec laquelle nous sommes associés depuis 2018, a montré la production de concentrations élevées d'anticorps dans le cadre d'études précliniques". Il s'agit d'un vaccin utilisant, tout comme Pfizer ou Moderna, la technologie ARNm.  

Mais ce n'est pas parce que Sanofi abandonne son essai que le laboratoire s'avoue vaincu pour la suite à donner à l'usage de cette technologie. Et pour cause, le laboratoire a également indiqué vouloir développer d'autres vaccins avec cette technologie, sans effet secondaire. Dans la ligne de mire de Sanofi, un vaccin monovalent contre la grippe et facilement conservable, dont des essais cliniques sont en cours. Un autre essai clinique, sur un vaccin quadrivalent cette fois-ci, doit quant à lui débuter en 2022.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche