Covid : une quatrième vague différente car "la pente est beaucoup plus raide" selon Gabriel Attal

Par Laurent P. · Publié le 22 juillet 2021 à 11h55 · Mis à jour le 22 juillet 2021 à 11h55
"Du jamais vu depuis le début de la crise"... Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, est revenu ce jeudi 22 juillet au matin sur les annonces de Jean Castex de la veille. Et d'alerter sur l'explosion des contaminations due au variant Delta, ayant augmenté de 150% en une semaine.

La quatrième vague de Covid, dû au variant Delta, est bien là... Après Olivier Véran qui alertait déjà d'une nouvelle vague épidémique depuis plusieurs semaines et Jean Castex qui l'a confirmé hier, mercredi 21 juillet, au micro du JT de TF1, c'est au tour de Gabriel Attal d'en rajouter une couche ce jeudi 22 juillet 2021, au micro de nos confrères de France Inter, s'alarmant sur l'explosion des cas de Covid : "Vous avez une épidémie qui est repartie au niveau national. On est dans une quatrième vague", commence-t-il par évoquer.

Et de poursuivre en expliquant que cette vague "ne ressemble pas aux précédentes parce que la pente est beaucoup plus raide et parce que l'augmentation se fait beaucoup plus rapidement. Une augmentation de 150% de l'incidence et des contaminations en une semaine, c'est du jamais vu depuis le début de la crise". Une explosion des cas beaucoup plus importante dans certains départements : "Je pense évidemment à la Martinique, où on a un taux d'incidence qui est très élevé, avec en plus une part de la population vaccinée qui est faible. Vous avez évidemment les Pyrénées-Orientales, où on a un taux d'incidence très élevé, l'Hérault et d'autres départements".

Des départements qui ont par ailleurs remis en place certaines mesures, à l'image du port du masque en extérieur désormais obligatoire. C'est le cas par exemple des Pyrénées-Orientales, de la Charente-Maritime ou encore de l'Hérault. Des mesures que les Français vont donc devoir observer avec attention : "Il faut garder une vigilance absolue au cours de l'été dans les gestes barrières, dans les contacts qu'on peut avoir les uns avec les autres, même si, évidemment, c'est difficile dans une période de vacances, une période estivale", rappelle Gabriel Attal.

Et d'ajouter que pour le moment, "il n'est pas question aujourd'hui de restrictions de circulation entre des départements ou des régions". Une situation qui pourrait encore évoluer si la situation sanitaire s'aggrave.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche