Transports en commun en île-de-France : un trafic assuré "à 100% d'ici au 2 juin" promet Pécresse

Par Caroline J. · Publié le 12 mai 2020 à 09h48 · Mis à jour le 12 mai 2020 à 09h51
Depuis le 11 mai, le service assuré dans les transports en commun franciliens s’est amélioré mais tout n’est pas encore revenu à la normale. Invitée sur RTL le 12 mai, Valérie Pécresse, Présidente de la Région île-de-France, a promis que le trafic dans les transports de la région sera assuré "à 100% d'ici au 2 juin".

Trafic normal sur les lignes 1 et 14, 85% de l'offre en moyenne sur la ligne 13 et 75% du service assuré sur les autres lignes du métro parisien… Depuis le 11 mai, premier jour du déconfinement, on constate une amélioration du service sur les réseaux RATP et SNCF d’île-de-France. Mais tout ne roule pas encore comme d'habitude.

Interrogée sur RTL le 12 mai, la Présidente de la Région île-de-France, Valérie Pécresse, a promis une offre des transports assurée "à 100% d'ici au 2 juin". "Le facteur limitant, c'est le facteur humain. Les agents des transports ont des gardes d'enfant à effectuer et des risques de santé. C'est pour ça qu'on n'est pas à 100% aujourd'hui et qu’on ne sera pas à 100% demain, mais on va progressivement, d'ici au 2 juin, remonter à 100%", a ainsi Valérie Pécresse.

En attendant, afin d'éviter d’éventuels flux importants de voyageurs, constatés par exemple lundi matin sur la ligne 13, "on va essayer de mettre les efforts sur les deux ou trois lignes les plus chargées", a confié Valérie Pécresse

Par ailleurs, la Présidente de la Région île-de-France a fait savoir qu’elle avait demandé à la SNCF, qui gère le réseau Transilien, et à la RATP d'ajouter deux RER B et un RER D supplémentaires entre 6h et 6h30. Et n'oubliez pas votre attestation employeur obligatoire si vous empruntez les transports en commun aux heures de pointe.

On rappelle que Valérie Pécresse avait dévoilé, dans le JDD du 3 mai, son plan pour déconfiner l'île-de-France, évoquant bien évidemment le casse-tête des transports publics de la région.  

Selon elle, la réussite du déconfinement dans les transports en commun d’île-de-France "dépendra de plusieurs contraintes, comme le port du masque, le nettoyage et la désinfection. Mais le plus gros défi, colossal celui-là, concerne les moyens à mettre en œuvre pour respecter la distanciation sociale avec la nécessité de filtrer les entrées. Je demande le concours des forces de l’ordre pour y parvenir. Si l’épidémie repartait, nous risquerions un reconfinement".

Distribution de masques et installation de distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique en libre-service

Les masques sont bien évidemment une priorité, dans la mesure où ceux-ci seront obligatoires dans les transports publics dès le 11 mai. Après avoir assuré une première distribution le 29 avril dernier, Valérie Pécresse se dit "en capacité de distribuer des masques chirurgicaux pour tous les voyageurs aux entrées des gares pendant les trois premières semaines du déconfinement".

On rappelle que Valérie Pécresse, également Présidente d’île-de-France Mobilités, a passé commande de 2 millions de masques en tissu. Ils "seront distribués aux détenteurs d’un passe Navigo, disponibles aux guichets" assure-t-elle pour le JDD. Valérie Pécresse confie également que "tous les points de vente du réseau, ainsi que les distributeurs automatiques, proposeront les masques chirurgicaux au prix fixé par Bercy de 95 centimes".

Toujours dans le JDD, la Présidente de la Région île-de-France évoque la question des gels hydroalcooliques, expliquant avoir demandé à la RATP et à la SNCF "de déployer 300 distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique en libre-service dans les gares et les stations de métro les plus fréquentées". Et pour les voyageurs qui préfèrent monter à bord d'un bus, Valérie Pécresse confie que des flacons devraient également être installés dans certains bus.

Le casse-tête de la distanciation sociale dans les transports 

Enfin, qu’en est-il du respect de la distanciation sociale dans les transports ? En temps normal, près de 5 millions de franciliens utilisent les transports en commun pour circuler dans la région. L’objectif est bien évidemment de limiter cet afflux en le réduisant à "1,5 ou 2 millions" de voyageurs, répartis sur la journée et "à condition d'avoir une offre à 100 %, ce qui ne sera pas le cas au démarrage" a confié Valérie Pécresse. Sur France Inter le 24 avril, la Présidente de la RATP, Catherine Guillouard, avait en effet annoncé que la Régie autonome des transports parisiens allait reprendre son trafic à 75%, à partir du 11 mai.

Pour limiter le nombre de voyageurs dans les transports, par exemple à une vingtaine de personnes dans un bus contre 60 habituellement ou 180 passagers dans un métro contre 700 places d’ordinaire, un marquage au sol sera nécessaire. Il faudra également laisser une place assise sur deux, notamment en utilisant des stickers.

Autre dispositif évoqué pour réduire l’afflux de personnes dans les transports ? Un filtrage des "entrées de chaque grande gare ou station".

Des brigades mobiles de nettoyage pour désinfecter les transports

Et qu’en est-il de la désinfection des transports publics ? "Nous allons doubler le nettoyage de toutes les surfaces de contact dans les véhicules, les gares et les stations, avec de puissants désinfectants, comme ceux utilisés dans les hôpitaux", assure Valérie Pécresse. "Nous mettrons 500 personnes sur le terrain, des brigades mobiles de nettoyage, qui interviendront deux fois par jour à compter du 11 mai et jusqu'à l'été, en plus d'un nettoyage complet qui sera fait à la fin de chaque service", ajoute-t-elle.

Poursuivre le télétravail au-delà du 11 mai

Dans cet entretien pour le JDD, Valérie Pécresse a également rappelé l’importance de poursuivre le télétravail pour celles et ceux qui le peuvent. "Avec l’État, nous proposons que 100 % des salariés qui sont aujourd’hui en télétravail ne retournent pas au bureau la semaine du 11 mai. Nous voulons tendre vers un objectif de 90 % la deuxième semaine, puis 80 % jusqu’à l’été", a-t-elle indiqué.

Invitée sur Franceinter le 15 avril, Valérie Pécresse avait confié que le déconfinement serait "progressif". "Il va falloir y aller très progressivement" pour la région parisienne, avait-elle expliqué. "Ce qu’il faut voir, c’est que les transports c’est un goulet d’étranglement très important pour la sortie du confinement en île-de-France", avait rajouté Valérie Pécresse

"La région île de France a une spécificité, c'est que tous les jours, nous avons en temps normal 5 millions de Franciliens dans les transports en commun, avait précisé la présidente d'Île-de-France. Est-ce qu'on imagine aujourd'hui remettre 5 millions de personnes dans des métros et dans les RER ? Il faut savoir qu'aujourd'hui, il n'y a plus que 500 000 personnes chaque matin dans les transports en commun. Donc, la marche est très haute. Cela veut dire qu'il va falloir y aller très progressivement", avant de conclure "Je pense qu’on télétravaillera encore énormément après le 11 mai, ce sera souhaitable, parce qu’il faudra limiter les déplacements". 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche