Transports : quel avenir pour la voiture à Paris ?

Par Rizhlaine F. · Photos par My B. · Publié le 13 juillet 2020 à 17h53 · Mis à jour le 14 juillet 2020 à 12h22
Alors que Anne Hidalgo a été réélu comme maire de Paris, de nouvelles mesures visant à réduire la pollution au sein de la capitale sont attendues pour ce nouveau mandat. Alors, quel avenir sur pour les transports à Paris ? La voiture y aura-t-elle encore sa place ? On passe en revue les mesures attendues.

Anne Hidalgo conserve sa place à la Mairie de Paris et celle de la voiture pourrait bien se retrouver encore plus réduite. Après un premier mandat marqué notamment par la pietonisation des voies sur berge, la maire de Paris réélue pourrait bien passer à la vitesse supérieur. L'objectif ? Une capitale plus verte, moins polluée avec à l'horizon l'accueil des Jeux Olympiques 2024

La maire de Paris avait d'ailleurs déjà annoncé des mesures phares en cas de la réélection. Elle avait par exemple indiquer vouloir pérenniser les pistes cyclables qui ont été mises en place au moment du déconfinement, mais aussi affirmer avoir l'intention de limiter la circulation dans la capitale à 30km/h. Par ailleurs parmi les premières actions du second mandat de la Maire de Paris se trouve la pietonnisation du canal Saint-Martin.

Sur la question de la mobilité, Anne Hidalgo est épaulée par David Belliard, ancien candidat EELV qui s'est rallié à la maire sortante. Il obtient alors la place d'adjoint aux transports de la Ville. Dans un entretien accordé à nos confrères du parisien il indique néanmoins que si il souhaite que Paris devienne une ville 100% cyclable, l'objectif n'est pas pour autant que la voiture disparaisse totalement. En vérité, il serait plutôt de "se passer des voitures inutiles". 

Il confirme alors la généralisation de la circulation limitée à 30 km/h qui pourrait être adoptée dans les prochaines semaines. Si il réfute l'idée d'un péage urbain, la limitation du périphérique à 50km/h reste de son côté un des objectifs et pourrait être effective d'ici la moitié du mandat d'Anne Hidalgo. Les places de stationnement devraient également être réduites au sein de la capitales et ces espaces seraient ainsi réadaptés pour les passants : une idée qui n'est pas sans nous rappeler le principe des parklet qui avaient déjà été expérimenté au sein de la capitale. 

Mais quid des alternatives ? Pour ceux qui habitent en dehors de Paris, David Belliard affirme qu'il s'agit la d'un enjeu. Il avance par exemple la création de parking-relais pour rendre la capitale toujours accessible pour les habitants de la banlieue.

La voiture n'est cependant pas le seul mode de transport dont l'usage devra être repensé. Si la pérennisation des pistes cyclables post-confinement présente l'un des dossiers les plus urgents, la régularisation des trottinettes en libre-service présente également une priorité. Ces flottes font par ailleurs l'objet d'un encadrement de plus en plus stricte depuis leur mise en place. Néanmoins, on peut toujours observer par exemple des trottinettes négligemment laissées sur des trottoirs. Parmi les solutions envisagées se trouvent notamment la mise en place d'espaces dédiés à leur stationnement (des parking dédiés aux trottinettes avaient déjà été installées) ainsi qu'à leur recharge. Enfin pour les deux roues, l'ère du stationnement gratuit devrait également toucher à sa fin. Les véhicules électriques pourraient cependant continuer à bénéficier de cet avantage.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche