Conseil de Paris : des élus réclament la démission du préfet Lallement, Hidalgo proteste

Par Alexandre G. · Publié le 16 décembre 2020 à 16h31 · Mis à jour le 16 décembre 2020 à 16h31
Des élus de gauche, écologistes et communistes, ont réclamé la démission du préfet de Police Didier Lallement par des pancartes brandies au Conseil de Paris. Anne Hidalgo, qui présidait la séance, a estimé que les responsables politiques n'avaient "pas à s'attaquer aux fonctionnaires", tout en reconnaissant qu'il était essentiel "d'avancer" sur la politique du maintien de l'ordre.

Au dernier Conseil de Paris de l'année, l'ambiance est électrique. Pendant la séance du mardi 15 décembre 2020, certains élus de la gauche, écologistes et communistes, ont quitté la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville après avoir brandi des pancartes réclamant la démission du préfet de police de Paris Didier Lallement et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

Des pancartes noires, sur lesquelles étaient inscrit "Stop aux violences policières" ou "Lallement Darmanin démission". Les slogans étaient affichés devant les sièges d'élus du Conseil de Paris. Le poste du préfet de police de Paris se retrouve en plein coeur de la protestation contre les violences policières, cristallisées par les rassemblements contre le vote de la loi sécurité globale, qui ont réunis plusieurs centaines de milliers de manifestants à travers la France selon les forces de l'ordre. D'ailleurs, les mêmes élus avaient déjà réclamé la démission du préfet de police dans une tribune adressée à l'exécutif. Cette fois, ils sont passés à l'acte.

En réaction, la maire de Paris Anne Hidalgo a nuancé ses propos, et sa position. Si elle admet aisément la nécessité "d'avancer" sur le débat autour du maintien de l'ordre, elle a indiqué que les protestations devraient selon elle être orientées à l'exécutif. "En tant qu'élus, nous avons à nous adresser aux ministres. Je considère que les responsables politiques n'ont pas à s'attaquer aux fonctionnaires". 

Certains citoyens actifs sur Twitter n'ont pas manqué d'épingler la maire socialiste, en précisant qu'elle était ainsi "démasquée" vis-à-vis de son soutien pour le fonctionnaire de police. La charge était venue de l'élue communiste Béatrice Patrie, qui s'était adressée directement au préfet de police présent dans la salle. "Nous ne pouvons aujourd'hui vous accorder cette confiance tant nous réprouvons la politique de maintien de l'ordre à Paris. Votre défiance envers les droits les plus fondamentaux étant totale, notre confiance ne peut vous être accordée", explique-t-elle. Juste après avoir brandi les pancartes, les élus ont préféré quitter la salle en signe de protestation. 

 Conseil de Paris : aides, 5G, budget 2021, le programme à l'ordre du jourConseil de Paris : aides, 5G, budget 2021, le programme à l'ordre du jourConseil de Paris : aides, 5G, budget 2021, le programme à l'ordre du jourConseil de Paris : aides, 5G, budget 2021, le programme à l'ordre du jour Conseil de Paris : aides, 5G, budget 2021, le programme à l'ordre du jour
Du 15 au 17 décembre 2020, le dernier Conseil de Paris de l'année se penche sur quelques 545 projets de délibérations à l'ordre du jour. Budget 2021, déploiement de la 5G, aides aux acteurs économiques, culturels et sociaux : les élus de Paris prévoient de débattre puis de trancher sur ces thèmes. On fait le point.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche