Parcs d'attractions : une réouverture en mai possible ?

Par Elodie D. · Photos par Julie M. · Publié le 5 avril 2021 à 17h19 · Mis à jour le 6 avril 2021 à 10h19
La réouverture des parcs d'attraction se fait attendre, alors que la saison commence d'ordinaire en avril. Ils espèrent pouvoir rouvrir leurs portes le 15 mai, une date qui collerait avec la réouverture «progressive pour la culture, le sport, les loisirs, l’événementiel et nos cafés et restaurants » évoquée par Emmanuel Macron. Pendant ce temps, tous s'activent, recrutant et en peaufinant leurs spectacles en attendant la bénédiction du gouvernement.

On vous en parlait en février : les parcs d’attractions et leurs saisonniers sont des victimes collatérales du covid-19. Déjà en 2020, les établissements avaient pu rouvrir leurs portes après des mois de fermeture et s’étaient rodés avec des protocoles sanitaires stricts qui limitaient le nombre de visiteurs journaliers et les brassages. Des conditions d’exploitations qui freinaient d’autant les bénéfices, mais permettaient aux Français de retrouver leurs lieux de loisirs.

La fermeture des parcs d’attractions en octobre, a accéléré la fermeture hivernale de la plupart d’entre eux. Depuis, les établissements et leurs employés sont dans le flou. Aucun ministre n’évoque leur sort lors des interventions télévisées, alors que leur secteur représentait 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019 selon Capital. Le gouvernement leur promet juste une belle enveloppe pour couvrir les charges fixes, alors qu’ils font face à des charges d’exploitation. Il faut par exemple une présence permanente pour s’occuper des animaux dans les parcs zoologiques, et pour faire tourner les attractions afin de ne pas les laisser se détériorer.

Malgré le manque de nouvelles, ou grâce à cela, les parcs d’attractions se tiennent prêts à rebondir dès l’annonce de leur réouverture. Avec leur taille et leur caractère extérieur, ils espèrent ouvrir dès le 15 mai, pour le week-end de l’Ascension. Arnaud Bennet, directeur du parc le PAL en Auvergne et président du syndicat des parcs d’attractions (SNELAC) explique leurs demandes à nos confrères du Parisien : « Ce que nous réclamons, c’est de faire partie du premier wagon des réouvertures. Un démarrage en juin, comme l’an passé, serait trop pénalisant économiquement. Nous souhaitons aussi des mesures adaptées à notre activité : une jauge pas plus sévère qu’en 2020, avec de la restauration à emporter dans le parc et de la restauration classique dans nos hôtels… L’an passé, nous avons prouvé que nos protocoles étaient au point : il n’y a pas eu de cluster chez nous ».

Et de poursuivre : « Nous continuons les discussions avec le ministère du Tourisme, notamment sur les protocoles sanitaires à mettre en place, mais nous n’avons aucun échéancier. Comme tout le monde, nous écoutons ce que dit le gouvernement et nous espérons que la courbe des contaminations va baisser… Pour avril, d’évidence, c’est mort. »

Disneyland Paris a déjà annoncé que ses deux parcs resteraient fermés jusqu’à nouvel ordre, en raison de la crise de la Covid. L’établissement fête ses 29 ans en avril, et un de ses hôtels est réquisitionné pour devenir un Vaccinodrôme.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche