Déconfinement : comment les salles de sport préparent leur réouverture

Par Alexandre G. · Photos par Alexandre G. · Publié le 27 avril 2020 à 20h47 · Mis à jour le 27 avril 2020 à 22h59
À l'aube d'un déconfinement, les salles de sport s'apprêtent à rouvrir progressivement, non sans craintes et sans préventions. Entre normes sanitaires strictes et difficultés économiques, les acteurs du secteur anticipent le virage post-coronavirus, afin de répondre aux nouveaux défis engendrés par la pandémie. Pour Daniel Hallifax, responsable des clubs HealthCity, l'impératif sanitaire reste de continuer à faire bouger les adhérents, chez eux comme au club.

Les piscines d'aujourd'hui, salles de sport de demain ? Tandis que les modalités de sortie du confinement devraient être présentées mardi 28 avril 2020 par le Premier Ministre, les chaînes de salles de sport se préparent déjà à offrir le maximum de garanties sanitaires à leurs adhérents. A priori, si rien n'empêche sur le papier les patrons de salle à rouvrir leurs portes au matin du 11 mai, la réalité reste bien différente. Connues pour être de véritables nids à microbes, difficile pour eux d'imaginer une reprise normale de l'activité. À en croire Daniel Hallifax, responsable des clubs HealthCity en France, c'est non seulement l'avenir de la profession qui est en jeu, mais aussi et surtout la santé des Français. 

En effet, si depuis le début du confinement, « se nourrir » a renforcé son caractère vital aux yeux de la population, on oublierait trop facilement que "la seule raison pour laquelle on a le droit de manger, c'est parce qu'on bouge"  d’après l'administrateur. Ainsi, dans l'hypothèse qui verrait "50% des clubs qui ferment", il affirme que cela représenterait avant tout "une catastrophe sanitaire pour la France". Forcément, "plus les gens mangent sans bouger, plus on va créer des gens sujets à être malades". Une éventualité que le dirigeant se refuse à accepter, tant les solutions ne manquent pas à ses yeux. 

Face à la crise sanitaire, à l'image des autres acteurs du secteur, le responsable ne cache pas "s'inspirer du milieu de l'hôtellerie" pour envisager le plus sereinement possible une reprise de l'activité. A la première page de sa "Bible de réactivation post Covid-19", déjà distribuée aux autres salariés du groupe, on retrouve des mesures sanitaires strictes, un brin exceptionnelles pour des espaces d’entraînement. Parce que "les gens n'appliquent pas forcément le règlement", il s'agirait selon lui de "renforcer les éléments déjà existants, à l'image des normes d'hygiène que l'on trouve dans les piscines"

Parcours spécifiques dans chacun des clubs, afin que les membres à l'intérieur et à l'extérieur ne se croisent pas, distribution de masques de protection sport compatible, restrictions des machines à une personne : le cadre d'HealthCity se veut prudent et étudie toutes les possibilités. A chaque problème rencontré, lui et ses équipes "regardent, déconstruisent, pour savoir mieux s'adapter aux pires scénarios", à partir d'une problématique simple : "le service sanitaire versus le conseiller sportif". Dans tous les cas, "la sécurité sanitaire des clients prime" précise-t-il. En conséquence, à la réouverture de son club par exemple, "les douches risquent de ne pas être ouvertes".

Sauf que pour tenir ces normes sanitaires, Daniel Hallifax se prépare à "doubler les effectifs de ménages", ainsi qu'à basculer "les profs qui habituellement donnaient des cours” pour les “mobiliser à faire autre chose". En parallèle, il "développe des concepts de cours signature", avec une activité physique réduite de 20 à 30%, mais qui permettent de "passer plus de temps à conseiller les gens" et à "mieux optimiser son temps d'entraînement".

Aussi, le basculement de son offre "vers un produit sportif de conseil" reste une priorité pour lui. Il espère que "l'après Covid, ce sera une prise de conscience de ce que l'on peut faire à la maison". Face à la crise de confiance, il s'agit "d'élargir l'offre aux personnes qui cherchent du conseil, du sport à faire à la maison". Et il le promet aux futurs adhérents : "avoir un suivi de la condition physique et au club, et chez soi, ça permet de mieux les accompagner dans la vie".  

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche