Chômage partiel : les taux actuels prolongés jusqu'à fin avril, promet Elisabeth Borne

Par Alexandre G., Cécile D. · Publié le 10 mars 2021 à 10h44 · Mis à jour le 10 mars 2021 à 10h45
Elisabeth Borne, ministre du Travail, a assuré aux partenaires sociaux ce mardi 9 mars 2021 que les taux actuels du chômage partiel seront prolongés jusqu'à la fin du mois d'avril. Le gouvernement, qui cherche à faire des économies, a renoncé pour le moment à réduire sa prise en charge des salaires des employés au chômage partiel.

Pour le chômage partiel, rien ne bouge jusqu'à fin avril. Tel est le message adressé par la ministre du Travail Élisabeth Borne, ce mardi 9 mars 2021, lors d'une réunion avec les partenaires sociaux. Dans un communiqué, ses services indiquent que la "prolongation des règles actuelles de prise en charge au titre de l'activité partielle" durent "jusqu'à fin avril". Ainsi, les personnes concernées continueront de toucher 84% de leur salaire net

En mars 2020, Emmanuel Macron promettait que l'État mobiliserait tous les moyens financiers nécessaires pour lutter contre le virus tout en préservant l'emploi et les salaires des Français. Quoi qu'il en coûte. Presque un an après, la Covid-19 est toujours active et empêche de nombreux secteurs de reprendre leur activité. Pour de nombreux salariés, le chômage partiel semble ne plus avoir de fin. Et pour le gouvernement, cela signifie des dépenses conséquentes pour maintenir à flot l'économie.

En effet, le dispositif de chômage partiel est largement soutenu par l'État : il prend en charge 84% du salaire net des employés qui ne peuvent travailler. L'entreprise doit payer les 15% restants. Le coût de ce dispositif n'est donc pas négligeable, et le gouvernement aurait envisagé de réduire son aide afin de faire des économies.

Selon BFMTV, à partir du 1er mars, le gouvernement aurait pu réduire la prise en charge des salaires de 84 à 72%, laissant un reste à charge de 40% aux entreprises.

Invitée le 16 février 2021 sur le plateau de la chaîne d'informations, Élisabeth Borne rassurait déjà ceux qui craignaient de voir leurs aides s'envoler en cette fin de mois de février. « Nous allons prolonger au mois de mars les taux actuels d'activité partielle ; donc effectivement aucun reste à charge pour les secteurs qui sont les plus frappés par la crise et on maintient ce taux de 15% sur le mois de mars pour répondre à l'incertitude qu'on a sur la situation sanitaire, et donc les difficultés que ça peut créer dans certains secteurs », a dévoilé la ministre du Travail. 

La fin du chômage partiel est donc une fois de plus repoussée. Ce nouveau sursis d'un mois devrait aider les secteurs toujours bloqués par la crise sanitaire, en attendant leur reprise d'activité. Cette reprise ne peut cependant toujours pas être programmée, et il est possible que l'aide de l'État perdure encore plusieurs mois.

Lors de son passage sur BFMTV, Élisabeth Borne a également rappelé que la période de chômage partiel pouvait être bénéfique et formatrice pour les employés : « Ce qui est important aussi, c'est que pendant le temps où ils ne travaillent pas, les salariés peuvent se former », a expliqué la ministre.

Faisant suite aux propos de Jean Castex, la ministre insiste aussi sur l'importance du télétravail, et demande aux entreprises qui ont relâché leurs efforts de reprendre cette habitude. « Rester en télétravail, c'est un effort important qu'on demande aux entreprises et aux salariés (...) mais il faut que chacun ait en tête que c'est un outil, une arme pour lutter contre la diffusion du virus. Donc si on veut éviter un confinement (...), il faut pousser au maximum le télétravail », a-t-elle dit.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche