Vaccin contre la Covid : nouveaux cas d'allergie en Alaska pour le produit de chez Pfizer

Par Laurent P. · Publié le 17 décembre 2020 à 11h10 · Mis à jour le 17 décembre 2020 à 11h21
Après deux cas de réaction violente au vaccin de chez Pfizer contre la Covid au Royaume-Uni, lors du premier jour des vaccinations, une situation similaire a été observée il y a quelques jours chez deux soignants en Alaska, comme le rapportent nos confrères du New York Times. L'une des des personnes a dû être hospitalisée, et aucune n'avait d'antécédent d'allergie connu. Une enquête des autorités sanitaires est en cours.

La polémique ne désemplit pas autour du vaccin contre la Covid de chez Pfizer ! Après que deux soignants britanniques aient développé une forte réaction allergique au produit du laboratoire américain, à peine vaccinés, voilà que deux nouveaux cas d'allergie sévère au vaccin ont été observés dans un hôpital en Alaska, comme le rapportaient nos confrères du New York Times mercredi 16 décembre 2020.

Selon leurs informations, il s'agirait de deux soignants qui venaient à peine de se faire vacciner contre le coronavirus. La première personne, une agente de santé du Bartlett Regional Hospital, à Juneau, a fait un choc anaphylactique dix minutes après avoir reçu l'injection, et a développé une violente éruption cutanée sur le visage et le torse ainsi qu'une accélération de la respiration et du rythme cardiaque.

Celle-ci a été immédiatement hospitalisée et se trouve depuis dans un état stable, toujours selon le New York Times. Contrairement aux deux soignants britanniques qui avaient de lourds antécédents d'allergies au vaccin, celle-ci n'en avait aucun de connu. La seconde personne a quant à elle eu un gonflement des yeux, des étourdissements et une gorge irritée dix minutes après l'injection, a été traité immédiatement et a pu sortir dans la foulée.

Deux nouveaux cas d'allergie qui ont contraint les autorités sanitaires à ouvrir une enquête, afin d'éclaircir cette situation. De son côté, le laboratoire Pfizer a indiqué collaborer avec les autorités compétentes pour les aider dans leur tâche et prévenir d'autres problèmes liés à la vaccination.

Pour rappel, le 9 décembre dernier, après avoir détecté les premiers cas de réactions sévères sur son territoire, les autorités sanitaires britanniques ont déconseillé aux personnes ayant déjà développé des réactions allergiques à d'autres vaccins de se faire vacciner. En France, après le forcing de Berlin pour accélérer les procédures de validation et de commercialisation dudit vaccin, les premières injections devraient avoir lieu d'ici la fin décembre.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche