Vaccin Pfizer-BioNTech : femmes enceintes, antécédents allergiques… chez qui est-il déconseillé ?

Par Caroline J. · Publié le 24 décembre 2020 à 15h26 · Mis à jour le 27 décembre 2020 à 15h30
Alors que les premières vaccinations contre le Coronavirus doivent débuter ce dimanche 27 décembre 2020 en France, la Haute Autorité de Santé a donné son feu vert à l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNtech. Toutefois, ce sérum anti-Covid n’est pas recommandé chez certaines personnes. Alors, quelles sont-elles ? On vous répond.

C’est un nouveau pas dans la campagne de vaccination contre le Covid-19. Ce jeudi 24 décembre 2020, la Haute Autorité de Santé a validé l’utilisation du sérum développé par Pfizer-BioNTech.

Le 21 décembre déjà, l’Agence européenne du médicament donnait son accord pour l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNtech. Le Premier ministre Jean Castex s’était d’ailleurs félicité de cette annonce. « La vaccination débutera dans les 27 pays de l'UE les 27, 28 et 29 décembre. À tous les sceptiques, à tous ceux qui en doutaient, l'Europe a montré qu'elle était bien plus qu'un grand marché : une communauté de destin. C'est sa singularité, et c'est notre force face à la crise » avait-il alors tweeté.

Grâce à ce feu vert de la Haute Autorité de Santé, les premières vaccinations débuteront donc en France ce dimanche 27 décembre. Toutefois, la HAS déconseille ce sérum Pfizer-BioNtech à certaines personnes, à commencer par les femmes enceintes.

« L’administration du vaccin pendant la grossesse n’est pas conseillée (sauf si un risque élevé de forme grave a été identifié lors de la consultation pré-vaccinale) les données de tolérance étant encore insuffisantes pour informer des risques de la vaccination pendant la grossesse » précise ainsi la Haute Autorité de Santé, ajoutant qu’il est aussi "conseillé de ne pas vacciner durant l’allaitement."

Une autre catégorie de la population est visée par ces recommandations : les personnes présentant des antécédents allergiques. « L’utilisation de ce vaccin n’est pas recommandée chez les personnes présentant des antécédents de manifestations graves d’allergie de type anaphylactique, compte tenu des rares cas rapportés en Grande-Bretagne. Des données complémentaires sont attendues sur le sujet » indique la HAS.

Enfin, la Haute Autorité de Santé rappelle qu’il n’y a pas lieu, « à ce stade, de vacciner systématiquement » les personnes ayant déjà développé une forme symptomatique de la Covid-19. Toutefois, ces dernières « doivent pouvoir être vaccinées si elles le souhaitent à l’issue d’une décision partagée avec le médecin » précise la HAS avant d’ajouter qu’il faut, dans ce cas, « respecter un délai minimal de 3 mois après le début des symptômes avant de procéder à la vaccination et de ne pas vacciner en présence de symptômes persistants. »

Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé rappelle que la campagne de vaccination ne concerne que les personnes âgées de "16 ans et plus".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche