Drouant, l'institution mythique de l'Académie Goncourt, rajeunit

< >
Par Manon C. · Photos par Manon C. · Publié le 19 février 2020 à 13h21 · Mis à jour le 8 mai 2020 à 12h23
Une nouvelle page s'écrit pour Drouant, mythique institution parisienne qui accueille depuis 1914 l'Académie Goncourt. Repris en 2018 par les frères Gardinier, le restaurant étonne et régale avec des grands classiques de la gastronomie française, remis au goût du jour.

Après plus de dix années passées à la tête de Drouant, le chef Antoine Westermann cédait, en 2018, sa belle affaire au groupe des frères Gardinier (propriétaires du doublement étoilé Le Taillevent) pour s'investir corps et âme dans son restaurant de belles volailles, perché sur la Butte Montmartre, le Coq Rico

Une nouvelle page s'écrit donc pour Drouant, l'institution parisienne qui accueille depuis le début du siècle dernier les diners décisionnels des membres de la prestigieuse Académie Goncourt - Colette, Jules Renard, Aragon, Jean Giono ou encore Octave Mirbeau y avaient leurs couverts, ainsi que la remise annuelle du fameux prix littéraire

Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020

La reprise opérée, il était temps de dépoussiérer un peu les banquettes, les menus et l'image de Drouant. Et tandis que le restaurant conserve toute sa prestance d'antan et son atmosphère jazzy où l'on se love avec plaisir, la carte, elle, propose toujours des grands classiques de la gastronomie française mais, on doit bien le reconnaitre, remis au goût du jour avec brio. 

A la carte, ce soir-là, le menu Gaillon (46€), proposé au déjeuner et au diner, où l'on choisit entre 2 entrées, 2 plats et 2 desserts du jour, ou bien les propositions permanentes de l'institution, qui évoluent tout de même en fonction des saisons. 

Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020

Aussi, se laisse-t'on plutôt tenter par des plats à la carte et diantre, que la gastronomie française fait envie. En entrée, ce sera pâté en croûte aux trois viandes (19€), avec une farce fine de porc, volaille et canard; et cuisses de grenouilles (22€) poêlées au beurre et sabayon persil. Deux entrées somme toute classiques mais agréables (bien qu'elles auraient mérité un chouïa d'assaisonnement supplémentaire). 

On passe ensuite aux plats : le vol-au-vent à la financière (36€) avec béatilles de volaille et écrevisses; et la fricassée de ris de veau (37€), suc de syrah, champignons et ventrèche -servie avec une purée de pommes de terre ultra-fine- défilent sur notre table. Deux plats généreux, deux réussites. 

Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020Drouant 2020

Pour les desserts, on craque pour le baba (16€), agrumes, kumquat confit comme un rhum arrangé (qu'on aurait aimé légèrement plus imbibé), et pour le mille-feuille (18€), vanille bourbon et caramel au beurre demi-sel, avec une pâte feuilletée aérée des plus agréables. 

Drouant, mythique institution parisienne devant l'Eternel, réussit encore à se renouveler et à nous étonner ! 

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Lieu

18, place Gaillon
75002 Paris 2

Tarifs
Desserts : 11-18 €
Entrées : 16-39 €
Plats : 24-49 €
Menu Gaillon : 46 €

Site officiel
drouant.com

Réservations
drouant.com

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche